S’il y a bien une chose qui ne manque pas dans le secteur du bâti­ment, ce sont les labels et les certi­fi­ca­tions. Il est même très facile de s’y perdre ! Pour vous aider à vous y retrou­ver, voici un pano­rama des prin­ci­paux acteurs.


BBCA (Bâti­ment bas carbone)

 Appliqué depuis l’été 2016, le label BBCA a pour voca­tion de valo­ri­ser l’en­semble des démarches bas carbone d’un bâti­ment, tertiaire ou rési­den­tiel. Il repose sur un « score », déter­miné par 4 types de perfor­mances :

      • la construc­tion (mixité des maté­riaux, concep­tion…) ;
      • l’ex­ploi­ta­tion (les éner­gies utili­sées, la présence d’ENR…) ;
      • le stockage carbone ;
      • l’éco­no­mie circu­laire (recy­clage de maté­riaux, mutua­li­sa­tion des espa­ces…).

Il peut être déli­vré à la concep­tion du bâti­ment, comme à sa livrai­son, seul ou accom­pa­gné d’une certi­fi­ca­tion d’ou­vrage.


À lire aussi : Décou­vrez le site offi­ciel


Bepos (Bâti­ment à éner­gie posi­tive)

Proposé par Effi­ner­gie, le label Bepos est acces­sible à tous les bâti­ments soumis à la RT 2012. Il vise la valo­ri­sa­tion des démarches de récu­pé­ra­tion d’éner­gies au sein des programmes immo­bi­liers étudiés. Il s’ob­tient après un bilan en éner­gie primaire non renou­ve­lable en trois étapes :

      • une collecte des consom­ma­tions d’éner­gie finale, entrantes et sortantes ;
      • un passage en éner­gie primaire non renou­ve­lable ;
      • un bilan des éner­gies primaires non renou­ve­lables.

À lire aussi : Décou­vrez le site offi­ciel


E+C- (Bâti­ments à éner­gie posi­tive & réduc­tion carbone)

Le label E+C- est le plus récent de notre liste. Ses premières certi­fi­ca­tions ont en effet été accor­dées en mars 2017 ! S’ap­puyant sur le permis de construire, il comporte deux critères : l’op­ti­mi­sa­tion de l’uti­li­sa­tion des éner­gies, et le bilan carbone du bâti­ment. Son objec­tif ? Permettre au maître d’ou­vrage de « choi­sir la combi­nai­son adéquate en fonc­tion des spéci­fi­ci­tés du terri­toire, des typo­lo­gies de bâti­ments, et des coûts induits ».


À lire aussi : Décou­vrez le site offi­ciel


HQE (Haute qualité envi­ron­ne­men­tale)

En France le label HQE est sans doute le plus connu de tous. Il est aussi l’un des plus anciens, puisqu’il a été créé dans les années 1990 ! Il s’ap­plique aux exigences envi­ron­ne­men­tales et éner­gé­tiques, défi­nies lors de la mise en place du projet, pour les bâti­ments neufs comme pour les réno­va­tions. Il a récem­ment été décliné en HQE tertiaire « Bâti­ment durable », avec quatre enga­ge­ments et douze objec­tifs, permet­tant d’ob­te­nir une vue d’en­semble sur les perfor­mances des programmes étudiés.


À lire aussi : Décou­vrez le site offi­ciel


LEED (Leader­ship in Energy and Envi­ron­men­tal Design)

Proposé par le Conseil du bâti­ment durable du Canada (CBDCa), le LEED (Leader­ship in Energy and Envi­ron­men­tal Design) est l’une des réfé­rences mondiales de la certi­fi­ca­tion. Son objec­tif ? Permettre de « conce­voir, construire, gérer et évaluer les bâti­ments à haute perfor­mance ». Il repose sur quatre niveaux : certi­fié, argent, or et platine. Quoique très répandu en Amérique du Nord, il reste pour­tant assez confi­den­tiel en France.


À lire aussi : Décou­vrez le site offi­ciel


BREEAM (BRE Envi­ron­men­tal Assess­ment Method)

Un des autres « géants » de la certi­fi­ca­tion dans le monde. Il intègre de nombreux critères, permet­tant aux construc­teurs de s’as­su­rer de propo­ser un bâti­ment à l’im­pact envi­ron­ne­men­tal réduit. Comme ses homo­logues français (HQE) et cana­dien (LEED), la certi­fi­ca­tion BREEAM existe pour les bâti­ments neufs, les réno­va­tions et les bâti­ments en exploi­ta­tion.


À lire aussi : Décou­vrez le site offi­ciel


WELL

Le label WELL est parti­cu­lier : il n’est pas centré sur le bâti­ment, mais sur le bien-être de ceux qui s’y trouvent. Pour cela, il prend en compte un grand nombre de critères :

    • la qualité de l’air ;
    • les acti­vi­tés propo­sées ;
    • l’ex­po­si­tion aux toxiques ;
    • la venti­la­tion ;
    • le bruit ;
    • la tempé­ra­ture ;
    • la loca­li­sa­tion…

À lire aussi : Décou­vrez le site offi­ciel


Arrivé depuis peu sur le marché français, il séduit les proprié­taires immo­bi­liers qui souhaitent remettre l’oc­cu­pant au centre de leurs préoc­cu­pa­tions.


Pour aller plus loin :






Vincent Bryant

Publié par Vincent Bryant

Président de Deepki