Les mainteneurs sont en première ligne pour détecter les pannes dans les bâtiments dont ils ont la charge, faire de la prévention sur les équipements et agir sur la performance énergétique. Pourtant, bien des dépenses énergétiques pourraient être évitées. Peut-être ne vous disent-ils pas tout !


Un savoir illimité sur le patrimoine des parcs immobiliers

Les sociétés de maintenance et de Facilities Management dans l’immobilier interviennent dans tous les secteurs d’activité : là où bâtiments sont équipés de chauffage, de ventilation, de climatisation ou encore de solutions d’éclairage. Ces sociétés stockent tout leur savoir et les actions réalisées sur les équipements (pannes, remplacements, réparations, etc) dans un logiciel spécifique appelé GMAO (Gestion de la Maintenance Assistée par Ordinateur).

Ces logiciels GMAO renferment un véritable trésor pour analyser les données des parcs avec une approche détaillée des équipements : marque, modèle, caractéristiques… Ainsi ces prestataires de maintenance en savent bien plus sur le fonctionnement de vos sites que les gestionnaires de bâtiments ou les responsables techniques eux-mêmes. Demandez les données des GMAO de vos prestataires !

L’analyse prédictive plutôt que des tournées systématiques

Des visites de site sont planifiées annuellement par les sociétés de maintenance, pour prévenir les éventuelles pannes ou dysfonctionnements potentiels. Le coût de ce poste intègre la vérification des appareils et les frais de déplacement des techniciens. En privilégiant une analyse prédictive, qui calcule la probabilité qu’une panne se déclenche en fonction de différents critères paramétrés (ancienneté, degré d’utilisation…), on cible davantage les interventions. Ainsi, les entreprises et les collectivités peuvent :

    • réduire le budget associé en adaptant la fréquence des visites aux besoins du site,
    • consacrer du temps à l’allongement de la durée de vie des appareils qui peuvent encore être valorisés.

En privilégiant une analyse prédictive, on cible davantage les interventions.

Les mainteneurs peuvent prouver une économie d’énergie

Les mainteneurs proposent souvent des contrats de performance à leurs clients pour réduire les consommations. Or, il est très difficile de vérifier a posteriori une économie d’énergie. Cela revient à comparer la consommation réelle passée avec ce que le site aurait dû consommer sinon. En effet, des anomalies ou évènements viennent toujours biaiser l’interprétation brute des consommations :

    • elles ont pu subir des pics dus à des variations météorologiques,
    • elles peuvent être soumises à des comportements atypiques par des occupants, vis-à-vis de la climatisation par exemple.

Des solutions existent pour plus de transparence

Deux pistes sont possibles pour offrir à tous les référents du bâtiment en charge du suivi de la consommation énergétique une caution et un cadre fiable :

    • le protocole de mesure et vérification de la performance énergétique IPMVP, méthode connue sur le plan international, qui définit un plan en 13 points pour encadrer le mode opératoire de calcul des économies ;
    • les modèles statistiques prédictifs reprenant les dépenses passées des bâtiments, afin de prédire la consommation que l’on aurait dû obtenir sinon, toute chose étant égale par ailleurs.

Les mainteneurs détiennent des informations extrêmement riches sur les bâtiments, qui méritent d’être partagées. Leur demander systématiquement de partager ces informations est le gage d’une gestion performante et réussie d’un patrimoine immobilier.

Crédit photo : Pixabay / Unsplash


Pour aller plus loin :

Vincent Bryant

Publié par Vincent Bryant

Président chez Deepki.