Chez Datanergy, nous ne sommes pas les seuls illuminés à être convaincus que le data-analytics permettra d’accélérer la transition énergétique. Une fois n’est pas coutume, éloignons nous du secteur immobilier pour une envolée dans le monde de l’aéronautique. La société d’ingénierie Altran, société en charge d’élaborer les plans de vols du Solar Impulse a choisi d’avoir recours au data-analytics pour réussir un exploit : réaliser le premier tour du monde en avion sans une goutte de kérozène ! Dans un article de l’Usine digitale, Oliver James va à la rencontre des ingénieurs qui ont participé à ce projet fou !


Extrait de l’article : « Solar Impulse : 150 milliards de tours du monde numériques, pour un tour du monde bien réel », publié le 17/03/15 dans l’Usine Digitale par Oliver James

Des aléas impossibles à prévoir

« S’il ne consomme pas de kérosène, l’avion solaire Solar Impulse carbure aux données numériques !“Nous devions prévoir le plan de vol avec six mois, voire un an d’avance, sans que les météorologues ne puissent prévoir quoi que ce soit à cette échéance, raconte Christophe Beesau, mathématicien chez Altran (…) Personne ne pouvait répondre à cette question.” (…)

Le défi semblait impossible à tenir pour l’équipe simulation d’Altran. D’un côté, les paramètres à prendre en compte semblent innombrables (conditions météo, niveau d’oxygène pour les pilotes, force des vents, charge des batteries…), de l’autre, la légèreté de l’appareil (2,3 tonnes) le rend sensible à la moindre variation de son environnement. Comment prévoir le niveau de charge des batteries lors de la tombée de la nuit ? Le vent en altitude sera-t-il suffisant ? Alors que certains vols pourront durer cinq jours sans escale, les réponses à ces questions sont absolument cruciales.

Une sonde envoyée dans le passé

“Au lieu de chercher à prévoir la météo, nous sommes allés chercher une partie de l’information dans les relevés météo historiques, explique Christophe Beesau. Ce qui revient à considérer Solar Impulse comme une sonde envoyée dans le passé.” Une solution mise au point lors du survol des Etats-Unis par l’appareil en 2013 et développée de manière encore plus fine pour le tour du monde en cours, qui s’achèvera l’été prochain. En bref, Altran a fait voler un modèle numérique du Solar Impulse dans les conditions météo passées afin d’élaborer les scénarios futurs des plans de vol pour son tour du monde.

“Nous avons fait faire au Solar Impulse pas moins de 150 milliards de fois le tour de la Terre, précise Christophe Beesau. Un travail qui nous a permis de détecter les points de passage optimum et de préconiser les routes aériennes les plus sûres.” Une fois établies ces possibilités de vol, les équipes ne cessent au fur et à mesure qu’un vol réel approche d’ajuster les trajectoires calculées à l’aune des conditions météorologiques réelles. (…)

Si grâce au data-analytics les avions peuvent voler sans kérozène, les bâtiments bientôt fonctionneront sans énergie fossile. En tout cas, nous on y croit ! Et vous ?

> Pour lire l’article dans son intégralité

© Crédit photo : Olivier James


Pour aller plus loin :


Pour recevoir tous les mois les articles de Datanergy, inscrivez-vous !

Loïs

Publié par Loïs