Le BIM (Building Information Modeling) ou Maquette Numérique du Bâtiment est une modélisation informatique en 2 ou 3 dimensions qui recense l’ensemble des informations techniques d’un ouvrage. Elle s’appuie sur une base de données qui contient de manière standardisée et partagée toutes les données techniques du bâtiment de manière très détaillée. Chaque bâtiment possède ainsi son double numérique, adapté tout au long de son cycle de vie. Quels avantages pour la filière du bâtiment ?


1 – Développer un langage commun entre les acteurs du bâtiment

Le BIM met à disposition et génère des données standardisées de plusieurs natures : géométriques, techniques et énergétiques. Ces données peuvent être partagées et diffusées en temps réel à tous les intervenants depuis la phase de création jusqu’à la phase d’exploitation/maintenance, en passant par la phase d’exécution de l’ouvrage. Avec l’adoption du format IFC (Industry Foundation Classes) qui s’est imposé comme le standard mondial, les logiciels peuvent devenir interopérables et échanger des informations créant ainsi un langage commun pour l’ensemble des acteurs impliqués.

2 – Comprendre l’évolution des paramètres au fil du temps

Le BIM est en perpétuelle évolution et s’enrichit au fur et à mesure des modifications et améliorations qui s’opèrent sur le bâtiment (travaux de rénovation, d’optimisation énergétique, réparations).
Pour un immeuble existant, le BIM devient un socle d’informations communes mais également la mémoire du bâtiment. Les données intégrées au fur et à mesure des actions opérées sur le bâtiment permettent de retracer son histoire et récupérer les données plus actualisée notamment :

    • Relevés des consommations,
    • Surfaces, configuration actuelle et destination future des locaux,
    • Nombre, caractéristiques et emplacement des appareils.

A lire également : Labels et certifications pour les bâtiments tertiaires : comment y voir clair ?


3 – Limiter les erreurs d’interprétation

Les différents corps de métier liés aux cycles de vie des bâtiments peuvent ainsi communiquer sur la base de données réelles, standardisées et communes. Ceci permet de limiter les erreurs d’interprétation entre les différentes phases de construction par exemple.

4 – Être plus productif

Le BIM évite à chaque expert (électricien, plombier, équipementier réseau, chauffagiste, bureau d’études…) de ressaisir des données de base communes à tous. Ce process collaboratif permet également aux intervenants de procéder à des :

    • vérifications à distance,
    • études de faisabilité simultanées sur le même chantier,
    • ajouts de commentaires utiles à tous.

Si les promesses du BIM sont alléchantes pour le secteur immobiliers, seuls 11% des professionnels interrogés en France disent l’avoir déjà utilisée selon le Baromètre du numérique. Malgré une perception positive, le coût et la complexité restent des freins à soulever pour généraliser son déploiement.


Pour aller plus loin :


Pour recevoir tous les mois les articles de Datanergy, inscrivez-vous !
Emmanuel Blanchet

Publié par Emmanuel Blanchet

Directeur Général chez Deepki.