LISR (Investissement Socialement Responsable) consiste à placer son capital dans un actif (entreprise, bâtiment…) sur la base de critères extra-financiers. Les facteurs considérés sont d’ordre environnementaux, sociaux ou de gouvernance (ESG).


Qui peut faire de l’ISR ?

Tous les investisseurs en général, qu’il s’agisse de particuliers, de fonds cotés ou non cotés.

Que permet l’ISR ?

    • Limiter les risques en sécurisant le patrimoine extra-financier d’un actif,
    • Créer de nouvelles opportunités porteuses (marchés de niche),
    • Conférer une crédibilité supplémentaire à l’actif grâce à la dimension éthique véhiculée par le respect de certains critères.

A lire également : ISR dans l’immobilier en France : focus sur les chiffres clés


L’ISR appliqué au bâtiment, cela change quoi ?

Compte tenu de l’évolution de la réglementation en matière d’efficacité énergétique et des enjeux majeurs associés au secteur du bâtiment, les investisseurs manifestent de plus en plus d’intérêt pour la démarche ISR, appliquée à la pierre.

    • Elle garantit la valeur financière des actifs immobiliers grâce à des programmes de construction ou de rénovation à fort impact environnemental.
    • Mais les placements dédiés sont encore limités : l’immobilier au sens large ne représente encore que 5 % des actifs des investisseurs institutionnels (la prise en compte tardive de la thématique responsable en matière d’immobilier découle directement de cette faible part).
    • Et des défis sociaux et de gouvernance complexes restent à relever : équilibre social, lutte contre la corruption, maillage optimisé du territoire…

A lire également : ISR : des exemples de placements concrets et durables…


L’ISR, une méthodologie encore floue ?

Des contours encore flous et des résultats peu lisibles nécessitent un besoin d’approfondissement de la notion d’ISR, sur les aspects sociaux et de gouvernance :

    • des définitions à normaliser,
    • des axes de progrès sociaux et de gouvernance à formaliser. En effet, les avancées environnementales se généralisant, elles tendent à devenir de moins en moins différenciantes, notamment dans l’immobilier,
    • un reporting à systématiser avec des indicateurs clairs et partagés.

L’ISR se distingue de l’approche ESG de par sa complétude et son degré d’exigence (caractère simultané d’une analyse sur les 3 dimensions, transparence, mesure des impacts…). Découvrez prochainement les chiffres clés de l’ISR dans l’immobilier en France.

 

 


Pour aller plus loin :


Pour recevoir tous les mois les articles de Datanergy, inscrivez-vous !
Clémence Michel

Publié par Clémence Michel

Digital Marketer chez Deepki.