Suite à son enquête menée en 2015 auprès de 32 investisseurs français, Novethic a publié une synthèse dressant un panorama de l’ISR dans l’immobilier en France qui malgré un réel engouement pour le sujet, peine à se formaliser.


Etat des lieux des placements de fonds par typologie

    • 41 % des fonds interrogés ont une activité qui relève de l’ISR (placements réalisés dans un actif sur la base de critères extra-financiers).
    • En valeur, ils ne représentent que 4 % des placements totaux réalisés. Ils sont en hausse de 59 % entre 2013 et 2014. L’ISR se répartit principalement entre les bureaux (70 %) et les logements (12 %).
    • 22 % des acteurs interrogés ont une activité intégrant certaines considérations environnementales, sociales ou de gouvernance.
    • 53 % des sociétés de gestion sondées placent les capitaux dans des actifs ayant une orientation responsable, souvent partielle et non systématique.
    • En valeur, ils s’élèvent à 74 % du total.

Concernant la performance énergétique, près de 88 % des gestionnaires de fonds immobiliers français sont attachés aux améliorations, sans pour autant fixer d’objectifs.


A lire également : Au fait, l’ISR c’est quoi exactement ?


Mode de communication du panel sur les questions environnementales et sociales

    • Sur les 17 répondants impliqués dans les placements responsables (pesant 74 % du total), 10 d’entre eux publient leurs politiques sur internet et 11 sont signataires des Principes pour les Investissements Responsables.
    • Plus de la moitié des fonds en valeur gérés de cette manière obéissent à une charte d’ISR.

Pourquoi réaliser un diagnostic avant un ISR ?

Les thématiques examinées avant l’ISR sont d’une part l’énergie (dans 88 % des cas) et d’autre part, l’environnement et les aspects sociaux (dans 31 % des cas). On notera une complexité de la dimension sociale.

Ces analyses préalables servent à mieux appréhender le parc immobilier, à envisager de futurs travaux ou à renoncer au projet d’investissement initial.

Quels sont les indicateurs de suivi de l’ISR ?

22 % des fonds placés par les répondants font l’objet d’un suivi multicritères, via des métriques et un score (pour les critères sociétaux). Néanmoins, des objectifs chiffrés ne sont mis en place que dans 25 % des cas.

L’avis de Frédéric Vuillod, fondateur de Médiatico

Même si dans 44 % des cas les critères ESG (Environnementaux, Sociaux ou de Gouvernance) figurent dans les clauses des contrats, 16 % de ces critères sont réellement  utilisés pour sélectionner les prestataires.


Source :


Pour aller plus loin :


Pour recevoir tous les mois les articles de Datanergy, inscrivez-vous !
Vincent Bryant

Publié par Vincent Bryant

Président chez Deepki.