Trop souvent les données des GTC ou Gestion Technique Centralisée ne sont pas exploitées. Et pourtant elles constituent des informations clés pour réaliser des économies d’énergies à l’échelle de votre agence bancaire. Découvrez comment avec ces 5 graphiques décryptés pour vous !


Dans cet article, nous nous intéressons au cas d’une petite agence bancaire de 200 m2 équipée d’une GTC. Celle-ci permet de récupérer toutes les 10 minutes la consommation d’énergie ainsi que la température à l’intérieur des bureaux et du local de distributeur automatique de billets.

1/ Découvrir les éco-gestes efficaces à la lecture de ses données

La carte thermique ou heatmap permet de représenter pour chaque heure de la semaine les consommations d’énergie et d’identifier d’éventuelles anomalies de consommation. Plus la teinte de vert est foncée, plus la consommation est importante.

heatmap dans le secteur bancaire

Dans ce graphique, on remarque que la puissance atteinte le vendredi entre 12 h et 14 h (cercle rouge) est relativement faible, tout comme le mercredi et le jeudi, sur le même créneau horaire. Cette baisse de la consommation est due à l’extinction de l’éclairage et à la mise en veille des ordinateurs lors de la pause déjeuner. Permettant des économies d’énergie, ce geste simple est l’une des préconisations phares s’appliquant aux agences bancaires, souvent fermées entre 12 h et 14 h. Il semblerait que les efforts soient à pousser le mardi !

2/ Détecter les évènements exceptionnels pour mieux les réguler

La courbe du graphique ci-dessous permet de visualiser la consommation moyenne atteinte, jour après jour, sur plusieurs mois.

Courbe des consommations moyennes dans le secteur bancaire

Ce graphique permet d’observer une consommation anormale lors du week-end précédent le 1er août (cercle vert). La consommation de week-end étant normalement régulée par la GTC, comme on le constate les semaines précédentes, on peut émettre plusieurs hypothèses (que le gérant devra vérifier) :

  • l’allumage a été forcé directement sur le tableau électrique par l’agent technique qui a ensuite oublié de l’éteindre,
  • l’agence bancaire a organisé un événement et ouvert exceptionnellement ses portes, etc.

Dans le cas d’un allumage forcé de la CVC, l’installation d’une minuterie permettrait d’éviter les dépenses d’énergie excessives hors période d’ouverture et de réaliser des économies de charges non négligeables.

3/ Ajuster la consommation énergétique de son agence bancaire au plus juste

Le relevé des températures toutes les 10 minutes permet de comparer la température réelle aux températures de consigne normalement attendues dans une agence bancaire. L’analyse de ces données va permettre d’ajuster la consommation de l’agence pour éviter les surconsommations tout en gardant un confort maximal.

Ajuster les consommations énergétiques dans le secteur bancaire

Le graphique ci-dessus classe les puissances atteintes sur l’année par ordre croissant. En rouge les consommation simulées, en vert les consommations réelles.

À la lecture de ce graphique, plusieurs constats sont possibles :

  • Les puissances atteintes (en vert) sont plus faibles que prévues en journée et aux heures de pointe.
  • La consommation se prolonge au-delà des horaires d’ouverture du magasin, alors que l’on devrait assister à une chute de la consommation (cercle vert) à la fermeture de l’établissement.

Les équipements de l’agence bancaire ont un bon rendement et leurs puissances calorifique et frigorifique ne sont pas disproportionnées. Cependant la consommation d’énergie se prolonge au-delà des heures d’ouverture, sans nécessité apparente : le data-analytics indique donc un problème de régulation des équipements. La pose d’une horloge ainsi qu’une meilleure adaptation de la régulation aux besoins réels devraient permettre de réaliser d’importantes économies d’énergie.

4/ Adapter les températures du guichet automatique bancaire en fonction des besoins

La GTC permet aussi de récupérer la température dans le local des automates de distribution de billets. Ces locaux de l’agence bancaire, fermés au public et accessibles uniquement aux employés, doivent être climatisés en permanence pour éviter tout incident de surchauffe. Mais ces règles de sécurité n’empêchent pas de chercher à optimiser la consommation d’énergie pour facilement améliorer la performance énergétique de l’ensemble du réseau d’agences bancaires !

La température acceptée par les guichets automatiques bancaires (GAB) est généralement située entre 10 et 38 °C suivant l’humidité. Or, dans le cas de notre agence bancaire, le mainteneur a fixé les seuils de variation entre 18 et 21 °C ce qui impose un très fort niveau de climatisation toute l’année et donc des consommations excessives.

Adaptation des températures dans le secteur bancaire

Une zone neutre de température, par exemple entre 15 et 27 °C, permet de rassurer les sociétés louant les distributeurs tout en respectant les normes et en faisant d’importants gains de consommation.

5/ Trouver le bon niveau de climatisation sans amoindrir le confort

Dans une agence bancaire, il est tout à fait normal que la température augmente au fil de la journée (pertes joules des équipements informatiques, utilisateurs générant de la chaleur, facteur solaire, etc.). Dans le graphique ci-dessous, le relevé des températures indique un pic entre 24 et 28 °C en août à 18h, soit des températures tout à fait raisonnables.

Ajuster la climatisation au sein des agences bancaires

La température s’élève à 26 °C à 17 h, on peut donc se demander s’il est nécessaire de climatiser une heure de plus. Couper l’air conditionné une heure avant la fermeture de l’agence permettrait des économies importantes d’énergie sans causer d’inconfort aux occupants du bureau. Ce résultat peut être atteint en sensibilisant progressivement les employés et en indiquant sur la GTC que la climatisation peut être éteinte une heure avant la fermeture.

Une agence bancaire bien régulée mais quelques actions à améliorer

Ces 5 graphiques dressent le portrait d’une agence bancaire dont les dépenses énergétiques sont relativement bien maîtrisées grâce à la mise en place de la GTC, régulant températures et puissances. Quelques anomalies ont pu toutefois être détectées et des améliorations sont encore possibles par la réinitialisation de certaines contraintes fixées par la GTC en fonction des besoins réels du bâtiment. Un plan d’action se dessine :

  • La sensibilisation accrue des employés à l’extinction des lumières entre 12 h et 14 h.
  • Une consigne de régulation flottante pour la climatisation du local GAB.
  • L’extinction du chauffage et de la climatisation une heure avant la fermeture des bureaux.

Bien analysées et mises en perspective, les données collectées par la GTC peuvent permettre aux agences bancaires de générer des économies d’énergie non négligeables. Et vous, quelles économies d’énergie pourriez-vous générer à l’aide de vos données ?

Jenny Dujeux

Publié par Jenny Dujeux

Ingénieure Efficacité Energétique chez Deepki.