Lorsqu’il s’agit de collecter des données, il est fortement conseillé de systématiquement donner la priorité aux données existantes. Effectivement, les systèmes de comptage additionnel, bien que parfois très utiles, présentent 3 inconvénients majeurs : leur coût important ; la fiabilité parfois relative de ces infrastructures de mesure complémentaire ; la grande quantité de données supplémentaires pour chaque site ainsi gérée et souvent inutilisée.


Mise en place d’un plan d’action pour la collecte de données

Afin de flécher plus efficacement les efforts financiers, organisationnels et temporels, nous suggérons de suivre le plan d’actions suivant :

  • Exploiter en priorité les données existantes, puis les données accessibles, puis les données créées par le sous-comptage additionnel ;
  • Adapter le système de comptage aux besoins réels : éviter la sur-qualité (par exemple, comptage à la minute pour faire du suivi énergétique mensuel) ;
  • Détecter les anomalies sur les grands volumes de données énergétiques grâce à des modèles statistiques fiables ;
  • Privilégier la réalisation d’audits énergétiques virtuels pour détecter des économies d’énergie ;
  • Exploiter de manière intuitive et efficace les données ainsi obtenues en se posant les bonnes questions.

À lire également : Pourquoi l’audit énergétique* est une perte de temps (et d’argent !)

Adopter une stratégie de collecte de données pragmatique

La donnée est un moyen et non une fin en soi. Par conséquent, il est indispensable de poser la question de la finalité de sa collecte. Par exemple, dans le cas d’un projet d’amélioration de la performance énergétique, il est important de se poser les bonnes questions pour chaque immeuble dans l’ordre suivant :

  • La consommation de mon immeuble est-elle fiable ?
  • Est-il normal que mon immeuble consomme plus que ses pairs ?
  • Mon immeuble pourrait-il consommer moins ?
  • Quelles économies puis-je faire sur cet immeuble ?
  • Une fois, les actions mises en œuvre, comment puis-je maintenir la performance de cet immeuble ?

Une fois ces questions posées, il faut déterminer quelles données permettront d’y répondre et enfin, est-ce que ces données existent déjà au sein de mon organisation et que puis-je faire pour les collecter le plus simplement possible. Ce n’est qu’après ces différentes étapes que la collecte peut réellement démarrer.

La stratégie de collecte de données mise en place apparaît comme cruciale afin de gérer au mieux un parc immobilier. Découvrez les 4 grands types de données disponibles afin de vous aider dans vos démarches.

Agathe Monteil

Publié par Agathe Monteil

Cheffe de Projets Marketing chez Deepki.