Constituées d’une grande variété de composantes, parmi lesquelles de nombreuses taxes, le contrôle et l’analyse fine des factures de gaz deviennent vite un véritable casse-tête. Pourtant, après avoir effectué le contrôle des factures de gaz, il est souvent possible de réaliser des économies en optimisant le choix de son offre d’énergie et de sa tranche tarifaire. En quoi consiste l’optimisation tarifaire des factures de gaz ? Sur quels facteurs peut-on agir pour améliorer ses factures ? Conseils aux gestionnaires de bâtiments en quête d’économies d’énergie


Pourquoi s’intéresser à la tranche tarifaire des contrats de gaz ?

À la souscription d’un contrat de fourniture de gaz, le client doit opter pour une tranche tarifaire. Celle-ci est déterminée en fonction de ses besoins en énergie :

  • T1 : consommation annuelle de 0 à 6 000 kWh ;
  • T2 : consommation annuelle de 6 000 à 300 000 kWh ;
  • T3 : consommation annuelle de 300 000 à 5 000 000 kWh ;
  • T4 : consommation annuelle supérieure à 5 000 000 kWh.

La tranche tarifaire T1 s’adresse aux particuliers tandis que la tranche T4 permet de couvrir les besoins des grosses entreprises.

De la CRE à la CAR pour optimiser une facture de gaz

Les tranches tarifaires de distribution sont définies au niveau national par la Commission de régulation de l’énergie (CRE) et mises à jour tous les ans au 1er avril. Ces 4 tranches sont déterminées en fonction de la consommation annuelle de référence (CAR) à ne pas dépasser… en théorie. Eh oui, il existe des seuils de tolérance sur lesquels il est possible de jouer pour optimiser ses factures de gaz !

L’optimisation tarifaire appliquée aux factures de gaz

L’optimisation tarifaire des contrats de gaz consiste à détailler chaque brique de coût sur différentes tranches tarifaires pour déterminer l’offre la plus intéressante financièrement. Ainsi, en fonction de sa CAR, une entreprise va être en mesure de choisir la tranche tarifaire la plus adaptée à ses besoins.

Profiter des zones de flou pour optimiser les factures de gaz

En théorie, le distributeur GRDF applique les limites des tranches tarifaires, mais il est possible d’obtenir une tolérance de la part des fournisseurs. Par exemple, il existe une zone de flou entre la tranche T1 et T2 : on peut consommer jusqu’à 8 MWh (au lieu de 6 MWh) sur la tranche tarifaire T1.

Tester avant de décider les actions d’optimisation tarifaire à mettre en place

Dans le cadre d’une optimisation tarifaire, les zones de tolérance vont être testées pour voir si, entre 6 et 8 MWh, il y a plutôt intérêt à être dans la tranche T1 ou dans la tranche T2. Le coût de la facture peut en effet varier sensiblement selon la tranche tarifaire choisie : le calcul des coûts de consommation, mais également les taxes dépendent de ce choix.

Pour optimiser ses factures de gaz, il faut donc commencer par identifier sa tranche tarifaire et vérifier son adéquation avec ses besoins en consommation avant de tester les zones de tolérance. Bien connaître son profil de consommation et l’adapter à ses besoins permet de calculer au plus juste les taxes de transport (ATRT) et de distribution (ATRD).

Gabrielle DESPRES

Publié par Gabrielle DESPRES

Cheffe de Projets chez Deepki.