Les factures énergétiques ne sont pas les plus simples à comprendre… Composées de nombreuses briques de coûts interdépendantes, elles peuvent comporter des erreurs qu’il est essentiel de pouvoir détecter. Au-delà de l’identification d’éventuels écarts, contrôler la facturation énergétique de ses fournisseurs permet d’avoir un suivi des consommations énergétiques au sein d’un parc immobilier. Quelles sont les différentes étapes pour réaliser la vérification de ses factures d’énergie ? Petit résumé pour s’assurer que l’on paye bien pour l’énergie que l’on utilise.


Contrôle des données énergétiques : l’examen des dépenses

Taux de complétude

Pour étudier ses dépenses énergétiques, il faut d’abord vérifier que l’on possède une facture pour chaque mois de l’année. L’absence de facture n’est pas synonyme d’absence de consommation : une facture manquante ou égarée induira un biais dans le contrôle énergétique.

Examen de chaque brique de coût

On procède ensuite à l’examen de chaque facture : chaque brique de coût doit être vérifiée.

Attention cependant à ne pas tomber dans le piège de tout vouloir contrôler. En effet, les différentes briques de coût étant interdépendantes, une simple erreur de calcul se répercute inexorablement sur différentes autres briques de coût dépendantes. Ainsi, tout contrôler donnerait lieu à la multiplication des erreurs alors que, en réalité, il n’y a qu’une seule source d’erreur. Il est donc conseillé de commencer par contrôler les principales composantes de la facture avant de rentrer dans les détails.

Comparaison entre les différents sites

Le contrôle de facturation s’effectue à partir d’une référence, à savoir les taxes ou les prix négociés dans le contrat. L’analyse des données de chaque site, quant à elle, s’effectue par comparaison avec les autres bâtiments du parc immobilier. Elle permet ainsi de vérifier si la consommation est normale ou si elle sort des moyennes habituelles.

Les différentes étapes du contrôle de la facturation énergétique

Le contrôle des factures s’effectue en plusieurs étapes :

  1. Collecte automatique des factures en se connectant directement depuis les espaces clients des fournisseurs d’énergie.
  2. Constitution d’une base de référence pour chaque type d’élément à contrôler. 3 types de sources d’information servent de repère : les informations réglementaires (TURPE, taxes), les données des gestionnaires de réseau Enedis et GRDF (tarifs, puissances souscrites, consommations) et les indicateurs propres aux clients (prix du kWh, données contractuelles).
  3. Fiabilisation de la base de référence : il convient de s’assurer que l’on dispose de tous les contrats et de la bonne base de référence, qui doit être mise à jour régulièrement (changements de tarifs, taux de prélèvements, etc.).
  4. Comparaison de chaque facture avec la base de référence : cette opération permet de détecter des erreurs et de récupérer les informations nécessaires à la sollicitation des fournisseurs (valeur constatée, valeur attendue).
  5. Ouverture du dialogue avec les fournisseurs dont les retours vont permettre la mise à jour continue des bases de référence, une meilleure contextualisation des anomalies et une amélioration des algorithmes.

Contrôle de facturation : et plus concrètement ?

La complexité du contrôle des factures tient d’abord à la nécessité de gérer différentes sources de données. Les principales sources d’information sont :

  • le contrat fournisseur, sur lequel figurent les tarifs négociés,
  • la réglementation, qui apporte des informations sur le TURPE,
  • les différents taux de taxes s’appliquant aux prestations de fourniture d’énergie.

En complément, il faut également contacter les distributeurs d’énergie (comme Enedis) pour connaître les indices de consommation, afin de vérifier les kilowattheures facturés.

Au-delà du recueil de ces informations, il est fondamental de fiabiliser les données de la base de référence pour que chaque compteur soit contrôlé à partir des bonnes indications de base. Des milliers de factures vont être passées au crible du contrôle : disposer d’une base de référence fiable est un prérequis indispensable.

Objectif : détecter les erreurs

Le contrôle à proprement parler commence seulement à cette étape. L’objectif : détecter d’éventuelles erreurs et établir une liste la plus précise et explicite possible pour demander à son fournisseur de corriger les anomalies. Pas d’erreur de facturation ? Le contrôle permet de confirmer que tout fonctionne bien et que chaque facture correspond exactement à l’énergie consommée. Ce qui ne signifie pas pour autant qu’il faille arrêter le contrôle ! Des anomalies occasionnelles peuvent survenir à tout moment et parfois se répéter d’une année sur l’autre. Le contrôle de facturation permet de rester vigilant et de poursuivre les vérifications tous les mois.

L’utilité du contrôle de la facturation

Sur les finances : suivi de la facturation

« Je paye ce qu’il faut. » Cet examen de la facturation énergétique permet au client de mieux suivre sa facturation d’un point de vue financier et de mieux comprendre le calcul des briques de coûts qui la constituent. La compréhension de cette imbrication permet de s’assurer de l’exactitude des données.

Sur l’analyse : indicateurs de suivi et optimisation

« J’analyse mes données. » Le contrôle de la facturation met en évidence des problèmes de rattachement et/ ou de suivi des contrats avec un fournisseur : il conduit à la fiabilisation des données de gestion immobilière utilisées par différents services de l’entreprise. Il permet donc de disposer d’un ensemble fiable de données énergétiques ouvrant la voie à la mise en place d’indicateurs de suivi précis et à une analyse des éventuelles optimisations (économie, rendement, réduction du gaspillage) ou à des régulations énergétiques.

En matière de fourniture d’énergie, on estime à 10% le taux de factures comportant des erreurs. Il est donc indispensable de mettre en place un contrôle de la facturation des consommations énergétiques par les fournisseurs. Ce travail de vérification permet surtout de comprendre la consommation de ses bâtiments et d’identifier des sources de surconsommation pouvant être corrigées.

Envie de savoir comment l’analyse des factures énergétiques peut avoir un impact positif sur votre entreprise ? Découvrez comment un réseau d’agences bancaires a trouvé de l’or dans ses factures énergétiques !

Joanna Todorova

Publié par Joanna Todorova