Applicables aux entreprises de plus de 250 personnes ou réalisant un chiffre d’affaires supérieur à 50 millions d’euros et un bilan supérieur à 43 millions d’euros, les audits énergétiques obligatoires doivent être renouvelés avant le 5 décembre 2019. Pour les entreprises, c’est une démarche fastidieuse, qui répond à des exigences spécifiques et nécessite le dépôt des documents sur une plateforme mise en ligne par l’ADEME. Si vous envisagez de l’externaliser, vous devez veiller au respect de certaines conditions réglementaires. Comment choisir le bon prestataire pour répondre à vos obligations ? Tour d’horizon des questions à se poser pour choisir le bon auditeur.

#1 L’auditeur énergétique respecte-t-il les obligations réglementaires ?

Un bon auditeur doit avant toute chose répondre aux contraintes réglementaires fixées par la loi DDADUE du 16 juillet 2013. Deux conditions doivent être particulièrement respectées pour vous permettre de satisfaire à vos obligations légales :

    • Le périmètre de l’audit énergétique doit couvrir au moins 80 % du montant des factures énergétiques acquittées par l’entreprise ;
    • Le dossier d’audit, soumis à l’ADEME via une plateforme dédiée, doit obligatoirement être constitué d’une définition du périmètre retenu, du bilan énergétique de chaque bâtiment audité et d’une synthèse globale. En cas d’externalisation, un certificat de conformité en cours de validité (transmis par l’organisme certificateur) doit être joint au rapport.

À lire également : Audit énergétique réglementaire : à quoi êtes-vous contraint avant le 5 décembre 2019 ?

Auditeur interne ou externe ?

Dès lors qu’il respecte les critères de qualification définis par la loi (et notamment le respect de la norme NF 16247-1), l’auditeur peut être interne ou externe.

    • Un auditeur interne doit :
      • avoir été formé à l’audit énergétique ;
      • posséder une expérience d’auditeur de 3 à 7 ans ;
      • réaliser des prestations d’audit pour d’autres entreprises ;
      • pouvoir agir en toute indépendance.
    • Un auditeur externe doit :
      • avoir été formé à l’audit énergétique ;
      • posséder une expérience d’auditeur de 3 à 7 ans ;
      • disposer d’un signe de qualité (OPQIBI, LNE…) ;
      • travailler avec des thermiciens, des électriciens courant fort et des spécialistes clos et couvert.

#2 Quelle est la méthode d’audit énergétique utilisée ?

L’auditeur doit être en mesure de vous proposer une méthodologie pertinente pour réaliser le bilan énergétique. Trois méthodes d’audit peuvent être proposées :

    1. L’approche traditionnelle consiste à faire un audit de chaque site jusqu’à couvrir 80 % des dépenses énergétiques. Ce type d’audit apporte une vue exhaustive du parc et permet d’identifier de manière détaillée les actions à mettre en œuvre pour améliorer sa performance énergétique. Elle est cependant très onéreuse (plusieurs centaines de milliers d’euros par parc) puisqu’elle porte sur un grand nombre de bâtiments.
    2. L’approche ISO 50 001 vise le déploiement d’un système de management de l’énergie. En plus de l’audit énergétique, il convient de mettre en place certaines actions et d’assurer leur suivi pour en mesurer l’efficacité. Une démarche ISO 50 001 permet d’entrer dans une logique d’amélioration de la performance énergétique en continu. Elle induit donc des coûts récurrents supplémentaires, liés à ce monitoring à long terme.
    3. L’approche data fonctionne par échantillonnage et permet de limiter considérablement le nombre de bâtiments à auditer. Elle repose sur l’analyse des données énergétiques existantes – idéalement issues d’une collecte automatique. C’est la méthode la plus rapide et la plus économique pour répondre aux obligations de l’audit énergétique réglementaire.

#3 Quelles sont les références professionnelles de mon auditeur énergétique ?

Une attention particulière doit être accordée à l’expérience de l’auditeur. Ses références vous aideront notamment à vérifier qu’il possède une bonne connaissance de votre secteur d’activité.

Pour choisir un auditeur externe, vous avez tout intérêt à privilégier les offres proposant un interlocuteur unique durant toute la procédure : il pourra suivre la réalisation de l’audit et vous informer durant toutes les étapes. Sur le plan technique, la collecte automatique des données et l’approche data vous permettront de gagner beaucoup de temps dans la réalisation de l’audit. Pour aller plus loin dans la démarche, assurez-vous que l’auditeur pourra vous conseiller dans la mise en place d’actions concrètes. Vous pourrez ainsi valoriser votre bilan énergétique et rentabiliser rapidement votre investissement.

Agathe Monteil

Publié par Agathe Monteil

Cheffe de Projets Marketing chez Deepki.