En juillet 2017, la Directive Européenne sur la Performance Extra-financière (2014/96/EU) a été transposée dans la loi française, modifiant le Code du Commerce et exigeant alors des entreprises françaises qu’elles rédigent et publient un rapport RSE (Responsabilité Sociétale des Entreprises) à compter du 1er septembre 2017. Mais comment accéder à la donnée nécessaire à la réalisation de votre rapport RSE ? Et comment en dégager toute sa valeur ? Datanergy vous livre ses astuces !

Qu’est-ce qu’un rapport RSE ?

Un rapport RSE, autrement dit reporting environnemental ou déclaration de performance extra-financière, correspond à la communication que fait une entreprise sur sa performance sociale, sociétale et environnementale. Le rapport RSE permet à une entreprise d’accroître sa transparence extra-financière et de mesurer les impacts de ses activités sur l’environnement, qu’ils soient positifs ou négatifs. Il doit être actualisé périodiquement, de préférence chaque année et doit être accessible aux différentes parties prenantes.

Quelles entreprises ont l’obligation d’établir un rapport RSE ?

D’après la loi Grenelle II datant de 2010, les sociétés anonymes (SA), les sociétés en commandite par action (SAC) et les sociétés européennes (SE) dont le chiffre d’affaires excède 100 millions d’euros ou dont la masse salariale est supérieure à 500 employés ont l’obligation de rédiger un rapport RSE.

Que contient un rapport RSE ?

Le rapport RSE est composé de trois thématiques : l’environnement, le social et le sociétal. Plusieurs types d’information sont nécessaires :

    • les informations sociales relatives à l’emploi, la santé des travailleurs, la sécurité au travail…
    • les informations sociétales relatives à l’égalité femmes/hommes au sein de l’entreprise, à l’insertion des personnes handicapées, aux relations avec les parties prenantes…
    • les informations environnementales relatives à la lutte contre le réchauffement climatique et la pollution, à la préservation des ressources naturelles….

La véracité des informations doit être approuvée par un organisme tiers indépendant. Selon les entreprises, la publication de toutes les informations ci-dessus n’est pas nécessairement pertinente si ces dernières n’ont pas de lien avec l’activité de l’entreprise et avec les risques identifiés. Une justification de la volonté de ne pas transmettre certaines informations s’avère néanmoins nécessaire.

Quelle méthode pour collecter les données nécessaires à l’élaboration d’un rapport RSE ?

La collecte de ces données n’est pas toujours évidente et peut prendre beaucoup de temps. En effet, les informations nécessaires à l’élaboration du rapport RSE sont souvent dispersées entre les différents services de l’entreprise et des parties prenantes extérieures à l’entreprise.

Certains outils permettent d’automatiser la collecte de ces informations et de les centraliser dans une plateforme unique afin de permettre aux différentes parties prenantes d’y accéder facilement et rapidement.

Une fois ces données collectées, des algorithmes permettent de les fiabiliser et de “prédire” les données manquantes afin de combler les “trous de données”. Ainsi les entreprises disposent d’un état des lieux de leur consommation et peuvent les répertorier dans leur rapport RSE.

Un rapport RSE, mais à quelle fin ?

Le recensement de ces informations environnementales, sociétales et sociales permet à terme pour l’entreprise de mettre en place des politiques ayant pour but de réduire les risques de son activité autour de ces trois thématiques.

À noter que certaines entreprises sont aussi dans l’obligation de rendre compte de certaines informations liées à la gouvernance et la lutte contre la corruption dans le cadre de la loi sur le devoir de vigilance des sociétés mères et des entreprises donneuses d’ordre et de la loi Sapin II.

Vous l’aurez compris, afin de rédiger votre reporting RSE, vous avez besoin d’accéder à de nombreuses informations. Mais comment éviter les innombrables coups de téléphone et relances email ? Découvrez notre méthodologie de collecte automatisée des données en 6 étapes :

Jeanne Laporte

Publié par Jeanne Laporte