Vous êtes convaincu.e que vous devez vous doter d’un logiciel de suivi de la performance énergétique au sein de la collectivité dans laquelle vous travaillez, mais ce n’est pas toujours simple de convaincre le décisionnaire avant la clôture de la période budgétaire… Comment est voté le budget dans une collectivité ? Quels arguments utiliser pour convaincre le directeur des services techniques de se doter d’un logiciel de performance énergétique ? Comment choisir le logiciel adapté à vos besoins ? Datanergy vous donne toutes les clefs en main pour vous aider à lancer une consultation !

Le vote des budgets dans une collectivité, comment ça marche ?

Les différents acteurs concernés par le vote du budget

En tant que gestionnaire de fluides, vous êtes chargé de convaincre le directeur technique de votre collectivité afin qu’il vérifie la cohérence de votre demande. S’il est effectivement convaincu par la nécessité d’utiliser un logiciel pour optimiser la consommation énergétique de votre collectivité, il ira soumettre la proposition au maire qui en parlera lui-même au conseil municipal. Ce sont les exécutifs locaux, c’est-à-dire ceux qui composent le conseil municipal, qui consultent les commissions des finances de leur assemblée. Le budget alloué aux collectivités locales est voté chaque année par l’État. Il représente environ 200 milliards d’euros, soit plus de la moitié des dépenses de l’État !

Le vote du budget a lieu en deux temps dans une collectivité. Il commence par la préparation, organisée par l’exécutif (le maire, le président du conseil municipal et le président du conseil régional). Les services des collectivités font leur demande et l’exécutif se charge de prendre la décision.

Les propositions de budget se font dès septembre : les services dépensiers des collectivités établissent leur budget en fonction de leur besoin. Dans les communes de plus de 3 500 habitants, les orientations générales du budget doivent être débattues deux mois avant l’examen du budget.

Arrive ensuite l’élaboration. Le budget est étudié par le conseil municipal en principe avant le 1er janvier de l’année suivante. Néanmoins, certaines données transmises par les services de l’État sont nécessaires à l’élaboration du budget local, la date limite du vote est donc fixée au 15 avril de l’exercice pour les départements et les régions et au 30 avril pour les blocs communaux.

Le budget d’une collectivité locale doit respecter l’équilibre réel entre les dépenses et les recettes de la collectivité. L’objectif est d’allouer un budget à chaque service.

Pour comprendre l’élaboration du budget des communes en vidéo :

Ce qu’on en retient :

    • Le budget d’une commune vient principalement des impôts locaux (notamment la taxe d’habitation et la taxe foncière payées par les habitants) et du financement de l’État. L’État procède à un mécanisme de redistribution égalitaire appelé péréquation afin de mieux financer les communes déficitaires.
    • Une commune peut contracter des prêts seulement s’ils sont destinés à des équipements durables.

Gestionnaires de fluides, quels sont les arguments qui font mouche auprès des décisionnaires ?

Le rôle du gestionnaire de fluides au sein d’une collectivité est de gérer et de suivre les dépenses d’énergie, d’analyser les anomalies de consommation éventuelles et de contrôler l’exploitation des installations.

Le décisionnaire n’est pas toujours favorable à la mise en place d’un logiciel. Voici quelques contre-arguments à sa rhétorique afin de le convaincre :

    • « Ce n’est pas ma priorité » : l’utilisation d’un tel logiciel permet l’accélération de la transition énergétique et digitale et par conséquent l’amélioration de l’image et l’attractivité de la ville. La loi de transition énergétique promeut cet objectif : améliorer la performance énergétique des bâtiments existants ;
    • « Nous n’avons pas le temps, les équipes sont déjà sous l’eau » : ce logiciel permet d’obtenir une vision globale des bâtiments et des consommations énergétiques associées pour prendre des décisions éclairées. Il permet de laisser la saisie manuelle de côté grâce à la collecte automatique des données. Les personnes anciennement chargées de cette tâche ont plus de temps disponible pour des tâches à plus forte valeur ajoutée ;
    • « Nous n’avons pas d’argent à allouer à cette demande » : ce logiciel rend possible la mise en place d’actions pour réaliser des économies d’énergie et donc de budget. Par ailleurs, l’État demande aux communes de réduire leurs coûts de fonctionnement : l’acquisition d’un logiciel permet de réduire ces coûts de fonctionnement (notamment dus aux consommations énergétiques des bâtiments du parc) sur le niveau global. Le retour sur investissement est très rapide ! Plutôt que d’investir dans la rénovation d’un bâtiment ou d’un groupe de bâtiments de manière arbitraire, le logiciel vous permet de prioriser les actions à fort gain énergétique et financier mais à faible investissement !

À lire également : Gestionnaire de fluides : pourquoi vous ne pourrez plus vous passer du data-mapping ?

Collectivités locales, comment bien choisir votre logiciel de suivi de performance énergétique ?

Pour choisir correctement votre logiciel de performance énergétique, il est important de vous assurer que celui-ci dispose des caractéristiques suivantes :

    • Un logiciel pragmatique qui collecte les données déjà existantes sans ajouter de nouveaux compteurs et sans créer de nouvelles données.
    • La possibilité de centraliser toutes vos données de fluides grâce à la collecte automatique quels que soient leur format et leur source (fournisseurs, logiciels métiers etc.). Le logiciel doit s’adapter à vos changements de fournisseurs sans frais supplémentaires et en conservant l’historique dans l’application ;
    • La possibilité de consulter les cas d’usage et les retours d’expérience des autres clients ayant fait appel à cette solution ;
    • La possibilité de disposer d’un accompagnement humain à travers une équipe dédiée pour vous former et vous conseiller dans la durée de son utilisation afin de faciliter la compréhension de ses utilisateurs ;
    • Un logiciel 100% made in France qui participe à l’image et l’attractivité de l’économie française.

À lire également : Les 3 types de consultation qui s’offrent à vous pour l’achat d’un logiciel de gestion des fluides

Vous n’êtes toujours pas convaincu.e par la nécessité d’utiliser un logiciel de performance énergétique dans votre collectivité ? Téléchargez notre guide pour en savoir plus sur l’utilisation de la data pour optimiser la gestion de l’énergie !

Diana Serret

Publié par Diana Serret