Bâtiment intelligent

Bâtiment intelligent : Définition

Un bâtiment intelligent ou smart building est un bâtiment à haute efficacité énergétique intégrant dans sa gestion les meilleurs concepts, matériaux, systèmes et technologies disponibles. Les bâtiments intelligents sont souvent des bâtiments du secteur tertiaire ou des bâtiments résidentiels. 

Grâce au développement des nouvelles technologies, il est possible d’améliorer le confort des bâtiments : le but des bâtiments intelligents est ainsi d’apporter un niveau de confort élevé mais aussi de réduire l’impact sur l’environnement

L’objectif d’un bâtiment intelligent est d’atteindre voire de dépasser les performances attendues par les gestionnaires, propriétaires, collectivités et usagers concernant des indicateurs tels que les coûts, la sécurité, le confort ou encore une certaine flexibilité à long terme.

A lire également : [Vidéo] Au fait, c’est quoi une smart city ?

Au centre du bâtiment intelligent, une meilleure gestion de l’énergie 

Depuis les lois Grenelle 1 et 2, les constructeurs doivent imaginer des bâtiments les moins énergivores possibles pour réduire la consommation énergétique des occupants. 

Grâce à des outils technologiques avancés, il est possible de repérer les pics de consommation énergétique sur les réseaux électriques intelligents afin d’adapter la production et la distribution d’électricité à la consommation du bâtiment. L’objectif à terme est de limiter le gaspillage d’énergie et d’optimiser la gestion de l’énergie. 

Le concept de bâtiment intelligent est proche de celui de bâtiment à énergie positive (appelé BEPOS), bâtiment qui crée plus d’énergie qu’il n’en consomme. 

A lire également : Labels et certifications : comment y voir plus clair ?  

Les avantages du bâtiment intelligent 

Le bâtiment intelligent présente de nombreux avantages : 

    • Il a un faible impact sur l’environnement ; 
    • Il permet de gérer les équipements à distance à partir de la domotique
    • Grâce à l’énergie qu’il produit, il permet d’éviter les pics de consommation énergétique et l’augmentation des prix du réseau qui pèsent lourdement sur les coûts des producteurs d’électricité.